La fabrication de la céramique

La création de pièces en céramique comprend plusieurs étapes.

La première étape est la fabrication de l’objet. Tant que la terre est malléable, c’est-à-dire suffisamment humide. Une fois l’objet terminé, il faut laisser la terre sécher lentement afin quelle ne subisse pas trop de déformations dues à l’évaporation d’une partie de l’eau quelle contient. Ensuite il faut vérifier le complet séchage de la pièce, pour éviter l’éclatement à la cuisson. A ce stade, il est possible de faire refondre la terre avec de l’eau, pour la réutiliser plus tard.  Les terres utilisées à L’atelier de SOFIX sont plus ou moins chamottées ce qui leur donne des caractéristiques variables.

La découpe de la terre en morceaux identiques pour le façonnage des perles
La découpe de la terre en morceaux identiques pour le façonnage des perles
Des perles terminées en cours de séchage
Des perles terminées en cours de séchage

La deuxième étape correspond à la 1ere cuisson, dite cuisson du biscuit. La montée en température est lente. Environ 100°C par heure durant 5 heures, pour éliminer progressivement l’eau que contient encore l’argile et toujours pour éviter l’éclatement des pièces. Elle se poursuit ensuite à pleine puissance jusqu’à 900°C. Cette perte d’eau provoque une rétractation irréversible de la terre. Elle est à ce moment là devenue solide. L’atelier de SOFIX réalise toutes les cuissons dans un four électrique ayant la capacité de cuire à 1300°C.

Les perles placées dans le four avant la cuisson "biscuit"
Les perles placées dans le four avant la cuisson « biscuit »
L'ensemble des pièces à la sortie du four de cuisson "biscuit"
L’ensemble des pièces à la sortie du four de cuisson « biscuit »

La troisième étape s’appelle l’émaillage. Il s’agit de recouvrir les pièces avec une couche d’émail d’une manière régulière. L’émail est constitué en grande partie de silice (composant des sables) à laquelle on ajoute des oxydes ou fondants qui vont donner la teinte de l’émail et permettre de baisser la température de fusion de ce dernier. L’atelier de SOFIX utilise des émaux allemands, qui en fonction des couleurs sont plus ou moins sensibles aux paramètres extérieurs.

L'émaillage d'une perle
L’émaillage d’une perle
Les perles émaillées sur leur support de cuisson
Les perles émaillées sur leur support de cuisson

La quatrième étape est la deuxième cuisson nécessaire pour fixer les émaux sur les pièces en terre brute. La température à atteindre est celle de la fusion de l’émail. Elle est propre à chaque émail et varie de 700 à 1300°C. Elle ne doit jamais dépasser la température de maturation de l’argile qui subit tout d’abord des déformations, et fond au-delà. La cuisson des émaux provoque un enchainement de réactions chimiques en même tant que la silice fond. C’est ce qui donnera la brillance et les motifs plus ou moins prononcé à la surface des pièces .Ces émaux réagissent différemment à chaque cuisson en fonction de l’environnement, de la situation dans le four, de la présence de d’autres émaux etc. A chaque cuisson, les pièces ainsi émaillées présentent des variations au niveau des formes et surtout des teintes, ce qui leur donne ce caractère unique.

L'ensemble des pièces encore chaudes dans le four
L’ensemble des pièces encore chaudes dans le four
Les perles émaillées avant de les retirer du support de cuisson
Les perles émaillées avant de les retirer du support de cuisson

One Comment

  1. blazquez
    10 décembre 2016 @ 8 h 40 min

    bonjour
    je trouve vos supports de cuisson de perles très pratiques , pourriez vous me donner les coordonnés de votre fournisseur?

    cordialement
    sidonie